Mes souvenirs d'Oran
Retour Menu
Mes Parents



C'est l'histoire de ma famille. Elle a vécue à Oran, dans le quartier de la marine

Ce site est déstiné à honorer la mémoire de mon père pour ma famille, mes amis et ceux que j'ai perdu de vue depuis tant d'années.

Une pieuse pensée pour mon grand-père Justo GARCIA. Avec ses parents il émigra, tout enfant, quittant l'Espagne pour rejoindre, plein d'espoir, cette terre Oranaise, jadis française.

Durant son activité, il travailla sur les quais du port d'Oran où il se loua comme docker. Cette activité, pénible, ouverte à tous vents, souvent sous un soleil accablant, l'avait considérablement usé. Je me souviens qu'il portait, en guise de protection, une large ceinture de tissus rouge (la faja) nouée autour de ses reins. Il nous quitta à l'âge de 72 ans.
Mon grand-père JUSTO né en janvier
1875 à Torréviéja (Espagne)
La vie ne fut pas toujours de tout repos. Elle fut dure, semée d'embuches. Mais le couple parvint à bâtir une vie qui s'annonçait sereine, jusqu'au malheur qui frappa tous les "pieds noirs" : quitter et abondonner la terre natale.

Ma mère; née GRACIAS Armande, naquit à ORAN en janvier 1912 dans ce même quartier de la Marine, à la rue Pontéba. Fille d'une famille nombreuse de 7 enfants (6 filles et 1 garçon).

Mon père, quant à lui il est né le 23 mai 1903, dans le vieil Oran : rue de Barcelonne à la Calère. Il a été l'ainé d'une grande famille (8enfants). Comme il portait le même prénom que son père il fut appelé JUSTICO. C'est par ce prénom qu'il fut reconnu dans le quartier.
Mon père Justo "dit Justico" et ma mère
Armande. Le mariage fut célébré à l'église
Saint Louis le 22.12.1934



Quelques moments heureux



sortie au marabout (année 1935)
Maman à Misserghin
première rencontre
à l'ombre du parasol sur une plage Oranaise
mon frère Juste, dans les bras de papa et Roland dans ceux de maman
 


moments de détente dans les pins aux planteurs
Promenade dominicale, sur les sentiers
de Santa-Cruz (année 1935)
La mer...toujours la mer. Comment vivre
autrement, quand on est d'Oran.




Hommage




Je rends un hommage tout particulier au "Pépé JUSTO" . Malgré les conditions de vie très modestes, il a su faire face aux aléas du moment.

Avec la Mémé, MARIA JESUS,( née à Adra en Espagne en 1882), ils élevent, dignement leur grande famille.

Face aux malheurs, dans la pertes de certains enfants, ils reportent tout leurs amours sur ceux qui restent.

Pépé a été fier de ses enfants ; Louiso le plus jeune, Thérése sa fille, et de Justico, l'ainé.
Pépé Justo. Ce visage refléte la fiérté et le courage de nos aïeux,
arrivés à Oran dans des moments difficiles


Page suivante