retour Menu
Son parcours professionnel



Justico, l'ainé, après de bréves études, quitte, très tôt l'école primaire de la place Emerat, pour entrer dans la vie active et aidér le grand-père à faire vivre la famille

Engagé comme apprenti, dans une grande socièté de la ville, il se forme au métier de plombier. La volonté aidant, il devient très vite : demi ouvrier puis ouvrier qualifié.

Afin de parfaire ses connaissances techniques, il suit , avec assiduité les cours du soir, pendant quelques années, à l'école insdustrielle de Karguentah. La fin de ses études est sanctionnée par les diplômes de Plombier-Zingueur et celui d'éléctricien

Dés lors, et sans attendre, il met en application son voeux le plus cher: celui de créer sa propre entreprise.

Tout d'abord dans un petit local, rue Montebello, il développe sa clientèle. Quelques années plus tard, désirant un magasin avec pignon sur rue, il s'installe et ouvre sa boutique de vente au n° 6 du Boulevard Oudinot.
Papa, ses amis et les enfants Juste et Roland, sur la charette à bras, au Bd Oudinot
   


La joyeuse équipe près de la charette à bras, 1er moyen de transport En famille,avec les amis, devant le magasin La façade du magasin (avant transformation) et Monique la petite dernière
     


Après plusieurs années d'efforts, entre-coupées d'absences pour accomplissement du devoir militaire (mobilisation de 39) de ténacités, de sacrifices, les fruits du labeur semblent être à leur portée.

Papa décide, alors, de moderniser l'outil de travail et de réaménager le magasin de vente. Hélas, une nouvelle interruption dûe à la maladie le cloue pour plusieurs mois sur un lit d'hôpital.

Grâce à Maman , qui gère le magasin; à mon frère Juste, qui malgrè sa jeune expérience, dirige l'entreprise, la continuité dans les affaires sera maintenue






Retour aux affaires



Après toutes ces interruptions : services militaires, maladie, Mon père Justico, de retour à la maison, donne libre cours à son enthousiasme.

Il faut d'abord développer l'entreprise. Il prend, à son service, un ouvrier, puis deux, puis trois, constituant une solide équipe de professionnels qualifiés.

Avec ses atouts, il recherche le concours de clients importants devant former l'ossature de son chiffre d'affaire. C'est ainsi qu'il réussit à obtenir la confiance :
-de la Prefecture d'Oran.
-des services de Police de la ville.
-des services des Eaux et Forêts.
- de l'Usine BASTOS
Ma mère Armande, s'occupant de menus travaux manuels
Ces entreprises ou administrations ne font pas perdre de vue, à mon père, le soucis du bien être des gens modestes du quartier.
Ainsi avec le développement du gaz de ville, il passe un accord avec EGA (Electricité et Gaz d'Algèrie) pour favoriser l'amélioration de l'habitat: amener l'eau chaude dans les cuisines et les cabinets de toilette en les équipant d'eau chaude.
Dans les endroits non pourvu de gaz de ville ou d'insuffisancce de moyens financiers, pour s'en équiper,il développe un réseau de gaz butane sousla marque RAFFIGAZ.
Maman et Roland, derrière le comptoir. Au 1er plan les disques vynils 45 et 33 tours Avec ces nouveaux moyens modernes, l'utilisation du réchaud à pétrole tend à disparaître
Le magasin de vente, après sa rénovation, exposera des articles sophistiqués : Réfrigérateurs - Cuisinières à gaz - Lustrerie - Radio et Télévision.
   
   


les sourires au photographe
Maman distribuant les petits fours,
aux amis et clients
Inauguration:Réunion en famille
autour d'un pot traditionnel
la façade, à la tombée de la nuit avec
la famille et les amis
Les Ets Justo Garcia, orgeuil et belle
réussite pour mon père


Papa (Justico) derrière le comptoire
Maman, Gilbert le comptable et la fidéle
Pauline
Gadjet publicitaire
En-tête de lettre et....
Le papier d'emballage


Le Boulevard Oudinot
C'est en rangeant les archives de mon pére que j'ai retrouvé
un étonnant document, sur l'histoire de ce Boulevard très
connu dans le quartier, et écrit par un de ses amis André NICOSIA le 27 mars 1991